La pollution atmosphérique associée à l’anxiété et aux idées suicidaires chez les enfants

À quel point la pollution de l’air est-elle mortelle ?

La pollution atmosphériqueLa pollution de l’air peut être associée à une augmentation des troubles de santé mentale comme l’anxiété et la dépression chez les enfants, selon une étude.

L’exposition à court terme à une forte pollution de l’air ambiant correspondait à une augmentation des visites à l’urgence psychiatrique pour les enfants.

Réalisée sur une période de cinq ans, l’étude a révélé qu’il existait des preuves antérieures établissant un lien entre les particules nocives et l’augmentation des troubles psychiatriques chez les adultes, mais que cet effet sur la santé mentale des enfants n’a pas encore été examiné.

L’étude portait sur les particules fines. Les particules microscopiques, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres, peuvent se loger profondément dans les poumons et passer dans d’autres organes et dans la circulation sanguine. Ils causent de l’irritation, de l’inflammation et peuvent entraîner des problèmes respiratoires, tandis qu’une exposition à plus long terme peut même causer le cancer et une crise cardiaque.

Des chercheurs ont examiné les visites de patients psychiatriques, puis ont déterminé la concentration de PM2,5 dans les zones résidentielles. Les chercheurs ont constaté que chaque fois qu’il y avait une augmentation des PM2,5, il y avait plus de visites psychiatriques dans les jours qui suivaient.

Les visites le même jour que la pointe de pollution étaient souvent liées à la schizophrénie, tandis que les visites pour troubles d’adaptation et pensées suicidaires se multipliaient un ou deux jours plus tard.

Ils ont également constaté que les enfants des zones défavorisées, de classe socio-économique inférieure ou ayant moins accès aux soins de santé, étaient plus vulnérables aux effets psychiatriques des pics de pollution, en particulier les troubles anxieux et les pensées suicidaires.

« Collectivement, ces études contribuent à l’ensemble croissant de preuves que l’exposition à la pollution atmosphérique pendant la petite enfance peut contribuer à la dépression, à l’anxiété et à d’autres problèmes de santé mentale à l’adolescence.»

Le fait que les enfants vivant dans la pauvreté aient subi des effets négatifs plus importants de la pollution de l’air a également prouvé que le polluant et les conditions du quartier se combinent pour créer des « effets synergiques sur la gravité et la fréquence des symptômes psychiatriques. »

Bien que la présente étude porte spécifiquement sur les PM2,5, un certain nombre d’autres études récentes ont révélé des liens entre la pollution atmosphérique et la santé mentale des jeunes. Une étude britannique réalisée en mars a révélé que les adolescents vivant dans les villes sont presque deux fois plus susceptibles de développer une psychose à l’âge adulte que ceux vivant en milieu rural, associée à une exposition accrue au dioxyde d’azote.

La pollution de l’air n’est qu’une partie de la menace plus large que représente le changement climatique pour la santé mentale et physique humaine. Des experts ont averti plus tôt cet été que les températures plus chaudes, les feux de forêt et la pollution atmosphérique déclenchent le syndrome de stress post-traumatique, l’anxiété, l’abus de substances et la dépression.

Pour toute question ou demande d’informations, vous pouvez prendre rendez-vous par l’intermédiaire de notre secrétariat ou nous envoyer un e-mail.